Accueil BÉBÉENFANT Mère célibataire : comment s’en sortir lorsque le père des enfants vous a abandonnée ?

Mère célibataire : comment s’en sortir lorsque le père des enfants vous a abandonnée ?

par Morgane
949 vues
Mère célibataire

C’est une situation très délicate. Il est compréhensible que celles qui y sont confrontées cherchent des conseils pour s’en sortir et surtout pour offrir à leurs enfants la meilleure éducation possible. Vous vous retrouvez dans cette situation ? Voici quelques recommandations.

Offrez à votre enfant tout le soutien émotionnel, dont il a besoin

C’est pour ne pas tomber dans le piège de l’abandon qu’il est important que vous vous assuriez que vous êtes fait l’un pour l’autre. Ainsi, la naissance d’un enfant ne changera rien à votre couple et surtout, elle ne provoquera pas la fuite de l’homme avec qui vous pensez faire votre vie. Son comportement est lâche et égoïste. Mais s’il a agi ainsi c’est qu’il n’y a pas eu véritablement de compatibilité entre vous. Vous pensiez qu’il était l’homme de votre vie alors que lui, il hésitait à s’engager durant toute la période où vous étiez ensemble. L’hésitation a cessé le jour où vous êtes tombée enceinte. La peur a pris le dessus et a engendré en lui la conviction qu’il n’est pas fait pour être père et encore moins à passer le restant de sa vie avec vous. Mais au final, ce n’est pas grave : porter l’enfant d’une personne qui l’on a aimé sincèrement est l’un des meilleurs cadeaux que l’on puisse recevoir de la vie. Oubliez son père et focalisez-vous sur votre enfant.

Offrez à votre enfant tout le soutien émotionnel, dont il a besoin

Il est essentiel de fournir un environnement aimant et sécurisé à l’enfant. Vous devez chercher le moyen de construire une relation forte avec votre enfant : soyez présente émotionnellement. Ceci inclut des gestes d’affection comme des câlins et des mots rassurants, mais aussi une attention active aux besoins et aux désirs de l’enfant. Votre enfant doit se sentir aimé, valorisé et accepté.

Être présente émotionnellement signifie être à l’écoute des besoins affectifs de l’enfant. Cela implique d’être attentive à ses humeurs, ses préoccupations, ses émotions et ses sentiments. Ce type de présence permet à l’enfant de se sentir compris, ce qui est fondamental pour son bien-être psychologique. Sans ce bien-être, son développement cognitif se fera difficilement. Dans le même temps, il va développer une grande estime de soi et il se sentira en sécurité pour explorer le monde autour de lui. En outre, votre enfant doit se sentir à l’abri des dangers physiques et émotionnels. Cela signifie que votre logement est pour lui un endroit sûr, mais aussi qu’il y règne une atmosphère sereine. Votre enfant n’a pas besoin d’être le témoin de conflits et de tensions.

Encouragez votre enfant à partager ses pensées, ses craintes et ses aspirations avec vous. Pour ce faire, instaurez un climat de confiance. Vous y parviendrez en encourageant l’ouverture dans la communication. Par exemple, plutôt que de poser des questions fermées comme « Comment s’est passé ta journée ? », posez-lui des questions ouvertes comme « Qu’est-ce qui t’a rendu heureux aujourd’hui ? » ou « Est-ce qu’il y a quelque chose qui t’inquiète ? ». Encourager l’ouverture, c’est aussi ne pas le juger ni le critiquer quand il partage ses émotions avec vous. Faites place au dialogue et trouvez ensemble des solutions.

D’autres conseils utiles

Chercher du soutien dans votre famille, parmi vos amis. Des figures masculines positives (comme des grands-parents, des oncles ou des amis proches) jouent également un rôle important dans la vie de l’enfant.

Par ailleurs, sans le soutien du père, la charge financière de l’éducation de l’enfant repose entièrement sur la mère. Faites la liste de toutes les aides auxquelles vous pouvez prétendre auprès de la CAF et d’autres organismes. Vous devez également peaufiner la gestion de votre budget.

Par ailleurs, impliquez votre enfant dans des activités éducatives et récréatives qui favorisent son développement global (cognitifs, émotionnels, physiques, etc.). Pensez à des activités parascolaires (visites de musée, inscription à des bibliothèques, etc.), à des cours de musique, au sport, etc.

Quand l’enfant commencera à demander son père, ayez avec lui une discussion honnête sur l’absence de celui-ci. Enfin, demandez des conseils juridiques pour connaître les droits et les obligations du père envers l’enfant.

Facebook Comments

Vous pouvez également aimer

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité & cookies